• 11e Coordination nationale des universités Paris 13 – Villetaneuse

    11e Coordination nationale des universités
    Paris 13 – Villetaneuse
     
    La 11e Coordination nationale des Universités, qui s'est tenue le 3 juin 2009 à l'Université Paris 13, a rassemblé 31 établissements (universités et organismes) et 7 organisations (sociétés savantes, associations et syndicats). L'intervention d'une représentante de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité a permis de souligner la similitude entre les réformes qui affectent l'ensemble du service public, ainsi que la nécessité de renforcer la convergence des mobilisations.
     
    Motion « Mastérisation »
     
    Ignorant les oppositions fortes qui se sont exprimées depuis plusieurs mois, le gouvernement précipite son projet de réforme du recrutement et de la formation des enseignants du premier et du second degré. Se jouant de la commission de concertation Marois-Filâtre qu'il avait lui-même mise en place, il a fait adopter, dès le 28 mai, en Comité Technique Paritaire Ministériel de l'Éducation Nationale, un arsenal de décrets détaillant les dispositions transitoires et permanentes concernant les conditions de candidature aux concours et de nomination comme fonctionnaire stagiaire. Il rend caducs les travaux de la commission, en fixant de fait le calendrier des concours.
    Ce nouveau manquement au processus démocratique de décision, inspiré par des stratégies cyniques, qui a entraîné les réactions indignées des syndicats, des collectifs, de la CNU, et même de la CPU et des directeurs des Écoles Normales Supérieures et des IUFM, montre que, pour cette réforme aussi, la volonté de concertation affichée par le gouvernement n’est qu'une façade.
     
    Nous déplorons l'abstention de la FSU et du Syndicat Autonome, lors du Comité Technique Paritaire du 28 mai 2009. La CNU appelle à l'unanimité que tous les syndicats votent contre les décrets lors du Conseil Supérieur de la Fonction Publique d'État du 12 juin 2009.
     
    Nous réaffirmons notre opposition à cette réforme qui entraîne notamment :
    ·        l'affaiblissement de la formation disciplinaire et pédagogique des futurs enseignants ;
    ·        la mise en danger des masters recherche dans la plupart des disciplines ;
    ·        l'allongement d'un an de la formation non rémunérée des futurs enseignants ;
    ·        la remise en cause du caractère national du recrutement par concours ;
    ·        la création d'une catégorie des « reçus-collés » (étudiants qui auraient obtenu leur master mais échoué au concours), qui institutionnalisera la précarité, présageant du démantèlement du service public d'enseignement.
     
    Nous appelons les personnels et les composantes à une réponse collective, en multipliant les points d'accord entre UFR et IUFM. Comme cette année, nous appelons à la non-remise des maquettes des masters "métiers de l'enseignement". Forts de notre action commune, nous refusons de collaborer à cette réforme que nous jugeons néfaste pour l'avenir de l'éducation.
     
     
    Motion « Statuts »
     
    La Coordination Nationale des Universités (CNU) s’oppose à la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche par l’instauration d’une mise en concurrence des personnels de toutes catégories et des établissements d'éducation et de recherche,  préjudiciable à l’action collective au service du savoir et des étudiants.
     
    Elle récuse la réorganisation du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, l’introduction des règles de management issues du domaine privé et de critères de rentabilité dans l'enseignement supérieur et la recherche, la précarisation systématisée des doctorants par le contrat doctoral unique, la modulation des services instituée par le décret relatif au statut des enseignants-chercheurs, l’approche quantitative de l’activité de recherche, la modulation des rémunérations et les contrats d’objectifs imposés aux personnels BIATOSS et ITA, la multiplication croissante et chronophage des procédures bureaucratiques de contrôle et de demande de financement au détriment de l’activité de tous les personnels de l’Université et des organismes. La CNU dénonce la logique qui anime l'ensemble des réformes relatives aux statuts de la Fonction publique, dans un mépris total des principes qui régissent les biens publics, comme le savoir ou la santé.
     
    La mission humaniste de l'enseignement supérieur et de la recherche réside dans l’élaboration de la connaissance et la transmission du savoir.
     
    Cette mission est menacée par une définition du temps de travail des enseignants-chercheurs qui ignore délibérément le temps nécessairement consacré à la culture, à la réflexion et au renouvellement des savoirs disciplinaires. Elle nécessite une indépendance effective des enseignants-chercheurs, qui doivent pouvoir développer sereinement et librement leurs activités, sans être soumis à une logique productiviste dépourvue de sens en matière d’enseignement et de recherche. Son bon accomplissement est incompatible avec la possibilité d’augmenter les charges de service au détriment de l’activité de recherche,  ainsi qu’avec l’évaluation de la recherche en termes de résultats quantitatifs.
     
    La mission de service public est incompatible avec la vision purement économiste, baptisée « culture du résultat » et imposée à l'ensemble des personnels. Elle est en opposition avec une mission de service public rendu équitablement à tous.  Dans un contexte de raréfaction budgétaire et de répartition des moyens à la performance et à l'activité, la mise en concurrence des agents et des services ne peut que nuire à l'égalité d'accès au savoir sur tout le territoire et à l'intégrité des services. La CNU dénonce plus largement les réformes coordonnées par la Révision Générale des Politiques Publiques, inspirées par une rentabilité à court terme indifférente aux enjeux de société.
     
    En conséquence, la CNU continue d’exiger le retrait de l’ensemble des réformes destructrices de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle réclame l’abrogation de la loi LRU, des décrets relatifs au statut des enseignants-chercheurs, au contrat doctoral unique, au statut des fonctionnaires publics d'État et à la rémunération à la performance, la cessation du processus d’externalisation des tâches administratives et techniques, la restitution des postes supprimés en 2009 et une création massive d'emplois dans l'enseignement supérieur et la recherche publics.
     
     
    Motion « Postes et Moyens »
     
    L'annonce faite par Valérie Pécresse, le 26 mai dernier, de ne supprimer aucun emploi d'enseignant et/ou chercheur en 2010 et en 2011 dans les universités et dans les organismes de recherche ne constitue pas une réponse à la crise que traversent actuellement l'Université et la Recherche publiques, d'autant qu'elle a annoncé, à plusieurs reprises, que des postes de BIATOSS de catégorie C seraient, eux, supprimés. Par son refus de mettre en place un plan pluriannuel de création d'emplois et du fait des incertitudes qui continuent à peser sur le nouveau système d'allocation des moyens à la performance et à l'activité, le gouvernement marque sa volonté délibérée de poursuivre une politique qui vise à affaiblir l'Université, en l'appauvrissant. Il n'apporte pas plus de réponse sur la question de l'amélioration du statut étudiant, alors que les difficultés sociales et économiques constituent l'une des principales causes d'échec dans l'enseignement supérieur.
    Seul un véritable engagement financier de l'État, en direction des établissements et des étudiants, est susceptible d'assurer le rattrapage des moyens alloués aux étudiants d'université, notoirement insuffisants par rapport aux autres filières de l'enseignement supérieur. De ce point de vue, la mise en place de prêts étudiants, l'augmentation des frais d'inscription ou le recours aux fonds privés, si souvent évoqués, ne sont que de fausses solutions, aussi dangereuses qu'inefficaces, qui ne feront qu'accroître les inégalités entre établissements et entre étudiants.
    L'annonce du 26 mai 2009 ne met pas non plus un coup d'arrêt à la casse des organismes publics de recherche. En la matière, la communauté universitaire et scientifique s'alarme du mouvement de « désumérisation » qui affecte nombre d'unités mixtes de recherche (UMR) ; ce mouvement, qui se poursuit dans l'ombre, sans aucune transparence sur son ampleur et sur les critères de décision utilisés par l'administration, participe de l'affaiblissement du lien entre enseignement supérieur et recherche, qui a fait jusqu'à présent la force du système français. Il s'appuie sur une stratégie de division des différents acteurs de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, en promettant aux uns les dépouilles des autres. Nous savons que personne ne gagne à de tels calculs cyniques.
    Notre détermination à défendre simultanément l'Université et les Organismes de recherche dans le cadre d'un service public de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, fondé sur les principes de laïcité et d'indépendance à l'égard des pouvoirs économiques, politiques et religieux, reste entière.
     
     
    Motion « Actions »
     
    Après 17 semaines de grève dans l'Enseignement Supérieur et la Recherche, le gouvernement reste sourd aux revendications légitimes des personnels et des étudiants. Maniant la démagogie, les provocations, les menaces et la désinformation, il a instrumentalisé la question des examens et de la validation de l'année universitaire pour mieux occulter les revendications fondamentales de notre mouvement : la défense et le renforcement d'un véritable service public de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Nous avons démontré notre capacité à préserver les intérêts des étudiants d'aujourd'hui sans sacrifier les étudiants de demain.
     

    Tags Tags : , , , ,