• Autonome Sup demande la révision de la LRU

    Faut-il réviser la loi Liberté et Responsabilité des Universités ? Non, vient de réaffirmer le président Nicolas Sarkozy. Avec un argument simpliste : cette loi serait celle de l'autonomie et donc de la confiance faite aux universitaires. Qui peut reprocher à un gouvernement de faire confiance aux universitaires ? Personne, c'est donc bien que le problème n'est pas là et que la présentation qu’en font le président et Valérie Pécresse n’a qu’un objectif : masquer les raisons pour lesquelles cette loi est critiquée.

    Le syndicat Autonome Sup vient de me transmettre un texte intéressant de son président Jean-Louis Charlet, ce texte date du 22 février dernier, et avait été envoyé au Monde pour publication, sans succès. Jean Louis Charlet y réclame la révision de la LRU. Il est copié en fin de note.

    Cette réaffirmation d'une opposition à cette loi par un syndicat que personne ne classe dans les contestataires systématiques du gouvernement - il a d'ailleurs, seul syndicat à le faire, voté en faveur du nouveau statut amendé lors du comité technique paritaire du 24 mars - montre à quel point elle heurte la communauté universitaire. L’ampleur de cette contestation, et notamment le fait qu’elle réunit des universitaires et des scientifiques parmi les plus actifs, reconnus comme particulièrement productifs et performant dans leur activité professionnelle, vient d’être à nouveau démontré : la lettre des membres de l’Institut Universitaire de France qui proteste contre la politique gouvernementale est désormais signée par 216 de ses membres. Contestation dont la détermination peut se lire aussi par la Nuit de l’université qui s’est tenue à Lyon de mercredi à jeudi (compte-rendu sur Lyon Libération).

    La suite ici: http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/04/autonome-sup-de.html


    Tags Tags : , , , ,