• CECI N’EST PAS UN STAGE - Analyse de SLU

    DECRYPTAGE DU TEXTE MINISTERIEL
    La circulaire du 27 août 2009 dévoile la véritable logique qui sous-tend la mise en place de ces stages dès l’année de master 1, et plus généralement de la réforme de la « masterisation ». Elle organise, du moins en théorie, les stages destinés aux étudiants en master inscrits aux concours d’enseignement.

    Que prévoit vraiment le texte pour encadrer les stages d’observation ou en responsabilité ?
    « Sur l’ensemble du territoire, seront organisés (cf. Annexe 1) : 
     au moins 50000 stages d’observation et de pratique accompagnée permettant d’accueillir un minimum de 100000 étudiants ; 
     au moins 50000 stages en responsabilité. » Selon la circulaire, pour les stages d’observation et de pratique accompagnée, « la proportion entre observation et pratique accompagnée résultera du projet de formation concerté entre l’académie, l’université et l’étudiant concerné ». Pour les stages d’observation et de pratique accompagné, les étudiants seront placés par binôme auprès d’un titulaire du second degré, d’un maître d’accueil temporaire ou d’un maître formateur du premier degré, d’un documentaliste ou d’un conseiller principal d’éducation (C.P.E.) titulaires. « L’objectif est, qu’au total, ces étudiants bénéficient de 108 heures de stage ». Ces stages « seront organisés pour une durée inférieure à 40 jours et dans la limite de 108 heures ». 
     « A partir de l’année universitaire 2010-2011, les stages en responsabilité seront destinés aux étudiants de M2. »

    Quelques questions :
      Quelle répartition peut-on prévoir entre les deux types de stages ? 
     Sachant que l’on évalue à 140 000 le nombre de candidats aux concours, y aura-t-il suffisamment de stages ? Comment intégrer les stages dans la formation et les maquettes des masters ? Ne feront-ils pas diminuer d’autant (à savoir 108 heures) la part de la formation disciplinaire ?

    Pour les stages en responsabilité, les stagiaires prendront la responsabilité d’une classe ou exerceront les fonctions de documentaliste ou de C.P.E., et seront suivis par un maître formateur, un enseignant, un documentaliste ou un C.P.E. référents. 
     « Ces stages, groupés ou filés n’excéderont pas 108 heures. Ils seront rémunérés à raison de 34,30 euros brut de l’heure, soit une rémunération nette d’environ 3000 euros pour un stage de 108 heures ».




    La suite ici: http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3108

     

    Tags Tags : , , , ,