• "Chacun doit maintenant savoir que jamais, jamais, nous ne reviendrons sur l'autonomie des universités." Fillon - Le Figaro

    LE FIGARO. - Une menace pèse-t-elle toujours sur l'organisation des examens dans les universités ? 
    François FILLON - Il y a six universités qui ne sont pas aujourd'hui en mesure de faire passer les examens avant la fin du mois de juin. C'est bien évidemment trop, mais c'est tout de même l'exception. Nous avons déjà dit et je le répète clairement : nous n'accepterons jamais que les examens soient bradés. L'envisager, même pour quelques-uns seulement, rejaillirait sur l'ensemble des diplômes décernés cette année.

    Que faire alors si des blocages persistent ? 
    J'ai dit aux présidents d'université que nous ferions intervenir les forces de l'ordre à chaque fois qu'ils le demanderaient. Ce fut déjà le cas à vingt-cinq reprises. Il faut par ailleurs que les enseignants-chercheurs qui organisent les blocages sachent qu'ils en subiront les conséquences sur leur traitement. Le ministre a demandé aux présidents d'université de constater les entraves manifestes au service public. Enfin, là où la situation reste tendue, j'ai demandé à Valérie Pécresse d'étudier deux solutions : un report des examens en septembre et l'organisation des épreuves en dehors de l'enceinte des universités bloquées.

    Le conflit a-t-il été bien géré par la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ? 
    Valérie Pécresse a fait preuve d'un courage que je veux saluer. Depuis 1984, tous les ministres ont échoué à mettre en œuvre cette réforme de l'Université. Par manque de courage et par manque de soutien au sommet de l'État. C'est d'ailleurs pour cela que les opposants à la réforme n'imaginaient pas d'autre issue qu'un nouveau recul. Eh bien cette fois, le courage du ministre et le soutien de tout l'exécutif ont été au rendez-vous. Des efforts ont été faits pour mieux formuler ce qui était initialement incompris. Chacun doit maintenant savoir que jamais, jamais, nous ne reviendrons sur l'autonomie des universités.

    La suite ici: http://www.lefigaro.fr/politique/2009/05/14/01002-20090514ARTFIG00004-le-gouvernement-ne-bougera-plus-sur-l-hopital-.php 


    Tags Tags : , , ,