• Facs: les profs bloqueurs frappés au porte-monnaie - Libération

    A la 14e semaine de grève, le gouvernement durcit encore un peu plus le ton dans le conflit des enseignants chercheurs, en s'attaquant maintenant au porte-monnaie des grévistes.

    Hier mardi, le député UMP Damien Meslot annonçait avoir déposé une proposition de loi pour «sanctionner de 1000 euros»d’amende tout étudiant ou toute personne extérieure à l’université qui «entrave, même partiellement, l’accès aux enseignements et aux bâtiments» d’un campus.

    Ce mercredi, c'était au tour de la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, de déclarer à l’Assemblée nationale que les universitaires qui retiennent les notes des étudiants, bloquent les rattrapages ou refusent d’organiser les examens seront soumis à «une retenue sur salaires».

    «Les recteurs ont demandé que tous les agents publics qui entravent volontairement le service public, que ce soit par la rétention des notes, que ce soit par le blocage des rattrapages, ou par le refus d’organiser des examens, soient soumis à une retenue sur salaire, pour service non fait, conformément à la loi», a-t-elle dit.

    Jusqu'à présent, la plupart des enseignants-chercheurs grévistes ont été payés durat le mouvement, faute tout simplement de pouvoir les comptabiliser.


    Tags Tags : , , , ,