• La Sorbonne revote la grève

    Paris-IV est l'une des six universités encore bloquées. Le mouvement empêche pour le moment le passage des examens.

    Une assemblée générale d'enseignants-chercheurs, d'étudiants et de personnels administratifs del'université Paris-IV la Sorbonne a voté vendredi 15 mai la reconduction de la grève jusqu'à la semaine prochaine, ont déclaré des sources concordantes.
    Cette assemblée générale, qui comprenait environ 500-600 personnes, a voté "à la quasi unanimité" la grève jusqu'à la prochaine assemblée générale, a déclaré à l'AFP la présidence. Cette dernière devrait se tenir "vraisemblablement mardi prochain", a ajouté Pascal Boldini, du Snesup-FSU, membre du comité de grève.
    D'après lui, a aussi été votée une motion demandant de ne pas tenir les examens "avant qu'une position (sur les examens) soit décidée par le conseil d'administration de l'université", qui doit avoir lieu le 5 juin.
    Paris-IV est l'une des six universités encore bloquées. Ce blocage empêche pour le moment le passage des examens.

    Pécresse va recevoir les organisations étudiantes


    La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse doit recevoir lundi les responsables des organisations étudiantes représentatives, a annoncé vendredi son ministère dans un communiqué.
    L'Unef, la Fage, l'Uni, Promotion et défense des étudiants (PDE) et la Confédération étudiante (Cé) seront reçus successivement à partir de 15h30. Bruno Jouvence, le président de la Peep-Sup, qui rassemblé des familles d'étudiants, sera attendu en fin d'après-midi. La Peep-Sup, 600 adhérents, est une section de la Peep, deuxième fédération de parents d'élèves de l'enseignement scolaire.
    Jeudi, l'Unef avait sollicité un rendez-vous "en urgence" à Valérie Pécresse, afin de "reprendre le dialogue" et de pouvoir créer "les conditions d'une sortie de crise" dans les universités.
    "Il y a désormais urgence à sortir de la situation actuelle. Les étudiants doivent pouvoir passer leurs examens dans de bonnes conditions, le cas échéant en prévoyant les aménagements nécessaires", jugeait l'Unef dans un communiqué.
    "Nous vous demandons de cesser de jouer ainsi avec l'avenir des étudiants. J'en appelle à votre responsabilité", avait notamment indiqué le président de l'Unef Jean-Baptiste Prévost, dans une lettre à Valérie Pécresse.

    Tags Tags : , , , ,