• Le ministère de Pécresse brièvement occupé, une centaine d'interpellations - 20 minutes

    EDUCATION - Les étudiants ont réclamé la démission de la ministre et l'arrêt des réformes en cours...

    Une centaine d’étudiants ont brièvement occupé le ministère de l'Enseignement supérieur jeudi après-midi, avant d'être évacués par les forces de l'ordre. Les manifestants réclamaient la démission de la ministre Valérie Pécresse et dénonçaient les réformes en cours.

    «Il y a eu des dégradations, notamment une porte a été forcée, il y aura un dépôt de plainte», a déclaré une source sur place. Une centaine de personnes ont été interpellées et conduites au commissariat suite à ces dégradations, a souligné une source policière, confirmant une information donnée par un internaute de 20minutes.fr et des enseignants ayant manifesté aux abords du ministère, dans le Quartier latin à Paris.
     
    Réaction disproportionnée des forces de l'ordre

    «On demande la démission de Valérie Pécresse, l'abrogation de la LRU (loi sur l'autonomie des universités, ndlr) et le retrait de la "masterisation" avant toute négociation», a expliqué à l'AFP, pendant l’occupation des locaux, un étudiant de Paris-I, souhaitant garder l'anonymat. «On est une centaine, on a réussi à investir les bâtiments principaux», avait déclaré un autre étudiant.
     
    Selon l'entourage de la ministre, les slogans entonnés ne concernaient pas uniquement l'enseignement, mais demandaient par exemple «des papiers pour tout le monde». Aux abords du ministère, des manifestants ont été «tapés à la matraque» par les forces de l'ordre qui ont fait usage d'une «violence disproportionnée» alors que la manifestation était «calme», a dit Valérie Robert, maître de conférence à Paris-III et membre de Sauvons l'université (SLU).
    MD (Avec agence)

    Tags Tags : , , ,