• Le Snesup relaie des tensions "extrêmement fortes" dans les universités - Educpros.fr

    Si la ministre Valérie Pécresse a souhaité placer la rentrée universitaire sous le signe de la sérénité, le Snesup-FSU (syndicat national de l'enseignement supérieur) dénonce quant à lui une « prophétie » qui « cherche à masquer les effets de la mobilisation ». Stéphane Tassel, son secrétaire général, s'est refusé à tirer un bilan du mouvement de grande ampleur sur les campus qui « sifflerait la fin de la récré ». Il souligne en revanche « les tensions extrêmement fortes dans les établissements ». « Les plans com’ du ministère ne trompent personne. L’état d’esprit des universitaires se caractérise par la lucidité et la clairvoyance », ajoute-t-il.
    Des états généraux du sup' à venir

    Le syndicat appelle à organiser des assemblées générales dans les universités, en vue d’une journée d’action. Des états généraux de l’enseignement supérieur et de la recherche seront organisés d’ici à la fin de l’année. Le SNESUP  ne déroge pas à sa stratégie initiale d'opposition au gouvernement ; il demande toujours l’abrogation de la LRU et du décret statutaire des enseignants-chercheurs.
    Un « changement de ton » de la part de Pécresse

    Le syndicat concède toutefois un « changement de ton » de la part de la ministre par rapport au mois de juillet. Il attend des moyens financiers (estimés à 2000 emplois statutaires) pour mettre en œuvre l’équivalence TP/TD reconnue par le nouveau statut des enseignants-chercheurs. Sur le dossier des « inversions de carrières », le ministère examine selon le Snesup une solution pour compenser les salaires des 2000 universitaires recrutés avant ceux dont les carrières sont revalorisées et désormais plus avantageuses. « C’est une mesure qu’on réclamait depuis longtemps mais dont l’application pose problème à tout le monde », reconnaît Stéphane Tassel. Du lest laissé avant la rentrée par Valérie Pécresse qui, en revanche, refuse de revenir sur la fin des moyens fléchés aux IUT, IUFM ou écoles internes.

    Non représenté dans les groupes de travail interministériels sur la mastérisation, le Snesup entend obtenir des garanties sur un cadrage national des masters enseignement lors du débat organisé au Cneser fin novembre 2009. Des assises nationales seront organisées le 7 novembre 2009 à l’initiative de la FSU sur la formation des enseignants.



    La suite ici: http://www.educpros.fr/detail-article/h/5fa1899d38/a/le-snesup-relaie-des-tensions-extremement-fortes-dans-les-universites.html

    Tags Tags : , , , ,