• Le sourire de Valérie de Pécresse - Mediapart

    Madame la ministre, je me demande ce qui peut ainsi provoquer chez-vous ce sourire éternel. De quoi êtes si fière ? Vous avez fait passer à la sauvette pendant l’été une loi qui remet en question tous les principes et toutes les valeurs de l’université française pour la soumettre à une étroite loi du marché. Vous nous avez menti en assurant qu’il n’y aurait pas de suppression de postes. Votre plan licence ne répond nullement aux nécessités d’une formation de qualité. Avec la complicité de M. Darcos, vous voulez vider de son contenu la formation des enseignants. Bref votre bilan ne donne pas à sourire.

     

    Mais ce que je trouve le plus impardonnable c’est le désespoir des jeunes que je rencontre. Le président de la république avait déjà annoncé la couleur. Ceux qui veulent faire du grec devront se payer leurs études. Haro sur la culture, Haro sur l’art. Entre nous, même dans sa propre perspective, il n’est pas très malin. Il devrait réfléchir au fait que les grands rois et les grands présidents ont toujours su que si la culture ne rapporte pas d’argent, elle rapporte de la considération ou du discrédit si on la malmène trop. Quand on voit la différence entre Malraux et Albanel on mesure celle entre de Gaulle et Sarko. Evidemment dans un régime où l’on arrête les profs de philo pour « tapage diurne » dans la gare de Marseille Saint-Charles (quel crime de troubler le calme de cet endroit), on peut s’attendre à tout.

     

    Tout dans votre communication dit à ces jeunes qu’ils ne sont rien, que leurs études ne mènent à rien, que même comme enseignants ils ne serviront à rien car moins les enseignants en sauront moins ils inciteront leurs élèves à penser, ce qui est tout bénéfice pour vous et vos amis du MEDEF. Moi je leur dis qu’ils ont tort de vous croire. Je leur dis que leurs études valent la peine et donc leurs examens aussi. Si vous avez un petit fond d’envie de ne pas tout détruire, cessez de sourire et mettez-vous sérieusement à votre boulot qui est l’écoute de l’Université, c'est-à-dire la communauté des maîtres et de leurs étudiants.

    La suite ici: http://www.mediapart.fr/club/blog/cnemon/190509/le-sourire-de-valerie-de-pecresse 


    Tags Tags : , , , ,