• Demande de report du Comité technique Paritaire

    Le snuipp, le snes, le snep, le snuep, le SE-unsa le Sgen-cfdt ont décidé de ne pas participer à ce CTPM car elles dénoncent les conditions dans lesquelles vont être étudiés les textes concernant les modifications statutaires liées à la mastérisation.

    Ces textes sont en effet présentés alors même que les multiples groupes de travail institués sur cette question sont loin d’avoir achevé leur travail et d’avoir abouti à des conclusions. Dans le même temps, la commission Marois Filatre qui doit appuyer ses travaux sur la base de ces groupes vient à peine d’entamer ses auditions et doit remettre ses propositions à la mi-juillet.

    Les modifications qui sont présentées à ce CTPM ne sauraient préjuger des conclusions des groupes de travail et des auditions. La tenue de ce CTPM est prématurée. Elle compromet fortement le sens et le contenu de ces groupes de travail ainsi que ceux de la commission Marois-Filâtre.

    En conséquence, nous vous demandons de le reporter à une date qui permettra pleinement de prendre en compte les propositions issues des groupes de travail et de la commission Marois-Filâtre.


  • L' AG des personnels réunie le 25 mai 2009 constatant qu'en application des décisions du CA du 19/05/09 des forces de police ont été postées devant et dans certains des centres extérieurs de l'université, exige que le président fasse lever immédiatement ce dispositif. Dans le cas contraire aucun personnel n'acceptera de travailler dans ces conditions.

  • Les réformes du service public d’enseignement supérieur et de recherche, engagées dès 2006 avec le "pacte recherche", vont dans le sens d’une déstructuration en profondeur. Sa mise au pas suivant les canons d’une économie de la connaissance basée sur le seul modèle de l’entreprise, conforme aux préconisations de l’agenda de Lisbonne, ne saurait laisser indifférente une ville universitaire comme la nôtre.

    La loi d’autonomie des universités (LRU), prélude aux décrets d’aujourd’hui, s’inscrit dans une politique qui cache bien mal l’abandon de la responsabilité de l’Etat. La concentration des pouvoirs autour du président est une porte ouverte à des décisions placées sous le signe de l’arbitraire et du seul fait du prince. La mise en place de politiques managériales, également à l’œuvre dans les hôpitaux et la magistrature, là où la collégialité est seule garante d’indépendance est bien le signe que ces réformes engagent l’université dans une voie préoccupante.

    Dégradation de la formation des professeurs, modification des statuts des enseignants chercheurs, nouveau contrat doctoral, démantèlement des grands organismes de recherche (CNRS ?) : la multiplication des passages en force du gouvernement sur ces dossiers doit nous inquiéter. Le service public d’éducation et de recherche, assurance de l’égalité de tous est menacé, plus particulièrement dans les jeunes universités comme Amiens. Les filières jugées peu rentables y disparaîtront à terme. Les investisseurs privés, alors premiers financeurs, ne les jugeraient pas digne d’intérêt. Les filières jugées rentables, richement dotées, seront l’enjeu d’une concurrence exacerbée entre universités, entre étudiants.

    Les circulaires ne peuvent se substituer aux décrets. Les déclarations méprisantes ne peuvent apaiser le débat. Les mesures dilatoires ne peuvent remplacer la négociation. La menace du couperet des examens est un chantage qui ferme la porte au dialogue. La mobilisation universitaire a été exceptionnelle par sa durée, son intensité et son unité, initiée par le monde enseignant et rapidement relayée par les étudiants.

    Le Conseil Municipal, convaincu que le système universitaire français doit profondément évoluer, avec des moyens renforcés, pour faire face aux enjeux du XXIème siècle, souligne que cette évolution ne peut se faire sans l’implication des communautés scientifiques et contre l’intérêt des étudiants de notre ville.

    Le Conseil dénonce le blocage gouvernemental et appelle à un retrait de la loi LRU et des décrets du 24 avril 2009 et à une véritable négociation avec l’ensemble du personnel des universités et les étudiants.

    Le Conseil Municipal d’Amiens


  • Ce n'est qu'un début, le combat continue. L'affirmation peut surprendre. Slogan de jadis ? Acharnement thérapeutique désespéré pour redonner vie à un mouvement qui, paraît-il, se conjuguerait désormais au passé ? Pas du tout : ce qui s'est passé depuis six mois ne saurait être rayé d'un trait de plume – tout simplement parce que nous n'avons pas obtenu ce que nous demandions. Quoi qu'il arrive, les universités françaises dans leur majorité ont montré qu'elles n'étaient pas prêtes à accepter de façon passive les réformes préparées hâtivement que nos gouvernants entendent leur imposer au nom d'une prétendue « modernité » qui ne consiste qu'à appliquer partout des recettes toutes faites empruntées au monde de l'économie. La loi LRU s'est vue délégitimée par ses mesures d'accompagnement et cela ne saurait être oublié. Tout le monde sait bien aussi que nous avons lutté non pour notre intérêt particulier ou notre feuille de paye, mais pour l'avenir de l'éducation et de la recherche dans ce pays. Face à cela, nous n'avons rencontré que l'insulte et le mépris. S' agit-il véritablement d'une victoire pour le gouvernement ?

    Certes c'est un fait que, presque partout, les universitaires entreprennent de faire passer des examens de fin d'année, dans des conditions le plus possible satisfaisantes pour tous. Mais aucune des raisons pour lesquelles ils le font ne signifie, comme le prétend le gouvernement suivi par de nombreux médias, que le combat engagé il y a plusieurs mois serait terminé et encore moins que les motifs pour lesquels il a été juste de l'engager seraient devenus moins pertinents. Ils le font parce qu'ils y sont contraints par la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche qui a fait le choix de durcir la confrontation avec la communauté universitaire pour des raisons n'ayant que peu à voir avec le bon fonctionnement des universités françaises. Ils le font parce qu'ils se sentent responsables de l'avenir de leurs étudiants, qu'ils se sont engagés à ce qu'aucun d'entre eux n'ait à pâtir du mouvement en cours et qu'ils entendent tenir parole (ils ne sont pas ministres...). Ils le font, enfin, parce qu'il n'était pas question de tomber dans le piège des examens qui avait été préparé avec un cynisme qui n'a eu d'égale que l'incapacité à ouvrir un dialogue avec la communauté universitaire depuis quatre mois.

    Nous venons ici de faire l'expérience de la brutalité d'une pratique napoléonienne du pouvoir universitaire qui répond par l'envoi des forces de l'ordre et l'utilisation des recteurs comme des préfets en mission à des revendications avancées depuis janvier dernier avec une clarté, une inventivité et une sérénité reconnues de tous. On se croit revenu avant 1968, cette date symbolique que les actuels gouvernants aspirent à effacer des mémoires.

    Face à cette volonté gouvernementale de faire taire toute opposition par la force et la contrainte, nous ne pouvons que réaffirmer nos revendications et, surtout, répéter avec autant de calme que de détermination que nous ne renoncerons pas. Serions-nous tentés de le faire que la pratique quotidienne du pouvoir dans les ministères de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur et de la recherche nous engagerait vite à revenir à la raison. Nous n'en voudrons qu'un exemple.

    Au mois de décembre dernier, le président de la république avait déclaré – dit-on – qu'il était nécessaire de pratiquer la concertation à une condition : ne tenir aucun compte des avis des personnes qui se prêtaient à ce jeu-là. Nous en avions eu des illustrations manifestes en quatre mois de conflit mais ce qui vient de se passer ces derniers jours dépasse l'imagination la plus débridée. Pour illustrer leur volonté de dialogue sur le dossier de la formation et du recrutement des enseignants du premier et du second degré, les ministres concernés avaient annoncé, non sans quelque contradiction d'ailleurs, qu'étaient mis en place d'un côté une série de « groupes de travail » avec les syndicats représentatifs mais aussi, de l'autre côté, pour faire bonne mesure, une commission co-présidée par un président d'université et un recteur. Bien sûr, le calendrier imposé était une nouvelle fois à la hauteur de la précipitation et de l'agitation qui règnent dans notre pays depuis deux ans puisque tous les travaux devaient être conclus d'ici au 15 juillet ; bien sûr, on ne comprenait pas très bien quelles étaient les missions et les prérogatives respectives de la fameuse commission et desdits groupes de travail ; mais enfin cela ressemblait encore à un ersatz de négociation pour quiconque voulait bien y croire.

    Las, depuis quelques jours les choses sont claires y compris pour celles et ceux qui prêtaient encore quelque crédit à la volonté d'écoute des ministres concernés. Alors que les groupes de travail n'ont pas encore achevé leurs réunions et que la commission programmée n'a pas encore été mise en place, sont rendus publics, soumis aux comités techniques paritaires consultatifs et annoncés pour passage au conseil d'Etat les textes des projets de décrets mettant en place l'année transitoire et faisant passer en force la logique de la « mastérisation » ministérielle de la formation et des concours d'enseignants dont on avait annoncé que sa mise en place était reculée d'un an pour permettre de consulter sérieusement (enfin !) celles et ceux qui devraient la mettre en oeuvre. Une nouvelle preuve est ainsi donnée de la façon dont le gouvernement en place conçoit le dialogue avec la communauté universitaire et l'autonomie qu'il lui a octroyée. Il est à peu près aussi ridicule de considérer que l'université selon le modèle de la loi LRU est autonome que de prétendre que certains pays sont régis par une république simplement parce qu'ils élisent au suffrage universel un chef d'Etat ou de gouvernement.

    Cette autonomie de gestion sous surveillance rectorale a montré ces dernières semaines son vrai visage. Personne ne saurait désormais l'oublier. Ce sont la confiance aveugle des universitaires, leur passivité à l'égard des politiques ministérielles qu'on leur imposait qui appartiennent au passé, et non le mouvement qui a su déchiffrer les effets néfastes de la Loi LRU, des décrets qui l'ont suivie, les manipulations et les mensonges qui ont répondu à quatre mois d'engagement et de réflexions. Il faudra bien un jour l'admettre, quelle que soit la situation des examens dans l'université française au mois de mai 2009 : les universitaires se sont ressaisis de leur mission intellectuelle. Ce n'est pas là une position de droite ou de gauche, simplement une lecture des faits qui se veut politique, c'est-à-dire au service des citoyens.

    25 mai 2009


    Url de référence : 
    http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2634

  • "Le gouvernement, dont la politique met en cause l’ensemble de l’éducation et de la recherche publiques dans notre pays, s’obstine à refuser de retirer les décrets et les réformes (statut des enseignants chercheurs et formation des futurs enseignants dite mastérisation) qui ont provoqué le déclenchement d’un mouvement demandant maintenant l'abrogation de la loi LRU et l'ouverture de négociations pour élaborer une nouvelle loi sur l'organisation des universités ; la titularisation des BIATOSS précaires et un plan pluriannuel de créations de postes, le retrait du Contrat doctoral unique et du décret sur le statut des enseignants chercheurs.
    Le gouvernement se refuse à entendre la colère des universités, exprimée très largement depuis six mois, et ignore la grève lancée depuis le 2 février. Pire, il utilise le chantage à l’examen pour en finir avec notre résistance et n’hésite pas à mettre en danger la formation de dizaines de milliers d’étudiants.

    Nous appelons la communauté universitaire de Paris 4-Sorbonne à poursuivre avec détermination le mouvement actuel et à dénoncer la campagne médiatique odieuse contre l’Université Paris 4, coupable de résistance aux attaques gouvernementales, et contre son président.

    Dans ce contexte de mobilisation, les contenus pédagogiques du second semestre tels qu’ils étaient définis dans les maquettes et les livrets de l’étudiant, ne pourront tous être dispensés cette année. En conséquence, l’université Paris 4-Sorbonne organise une période exceptionnelle d’activités pédagogiques jusqu’à mi-juin. Les cours tels qu’ils étaient prévus ne pourront pas être rattrapés. Un projet pédagogique spécifique doit voir le jour qui tienne compte des conditions particulières dans lesquelles les étudiants, pour certains en stage ou en période de contrat de travail, devront faire face à ce bouleversement du calendrier.

    Dans chaque UFR, dès que possible, seront convoquées des réunions de concertation entre étudiants et enseignants. Ils conviendront ensemble des contenus et des activités utiles à la poursuite de leurs études. Il s’agit pour les enseignants chercheurs de favoriser et de guider le travail autonome des étudiants, tout en leur permettant de poursuivre leur engagement dans la mobilisation. Les étudiants seront libres de changer de groupe de TD s’ils le souhaitent et de passer en examen terminal.

    Le volume hebdomadaire d’activités pédagogiques ne pourra dépasser un volume raisonnable (entre 10h-15h en fonction du niveau). Les séances de travail réuniront l'équipe pédagogique et les étudiants de chaque niveau ; elles seront programmées et le calendrier communiqué aux étudiants par affichage, mail et site web institutionnel.
    Chaque semaine, une plage 12h-14h sera consacrée à une assemblée générale commune des étudiants et des personnels. Afin que tous ceux qui le souhaitent puissent participer aux manifestations, l’absence des étudiants ne pourra être retenue contre eux.

    Les prochaines échéances sont l’après-midi du mardi 26 mai ainsi que le 4 juin. Au cours de ce processus, enseignants, BIATOSS et étudiants se concerteront sur les modalités d’évaluation de ce travail et sur le contenu sur lequel il portera, UFR par UFR, niveau par niveau et UE par UE. Celles-ci devront être présentées et validées par les conseils d'UFR et le CEVU.

    Aucun examen ni contrôle continu ne pourra porter sur des enseignements qui ont été dispensés pendant la grève, dans le cadre de cours délocalisés ou de cours auxquels les étudiants mobilisés n’auraient pu assister (enseignements au café, par Internet, chez les enseignants, etc.).

    Les jurys se dérouleront au plus tard début juillet. Des commissions de recours, composées d’enseignants, d’étudiants et de BIATOSS, du comité de mobilisation et de l'institution, seront constituées au niveau de chaque UFR ; elles seront chargées d’examiner toutes les demandes et tous les recours. Chaque cas devra être étudié et aucun étudiant ne devra être pénalisé. Le cas échéant, un étudiant pourra se tourner vers une commission mixte d’observation et de médiation établie au niveau de l’université, où des représentants des étudiants et des personnels mobilisés siègeront à parité avec les représentants de l’institution. Elle se réunira chaque semaine."





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique