• Luc Chatel inflexible avec les enseignants «désobéisseurs» - Le Figaro

    «L'Education nationale n'est pas un self-service», a martelé le nouveau ministre de l'Education mercredi, qui n'entend pas «mettre fin aux poursuites» contre les professeurs refusant d'appliquer les réformes.

    Deux semaines après sa nomination à ce poste ultrasensible, le ministre de l'Education nationale adresse un message ferme à la communauté éducative : pas question «de mettre fin aux poursuites» contre les enseignants refusant d'appliquer les réformes. «Il n'y a pas de sanction collective, c'est un traitement au cas par cas. Il ne s'agit pas de faire des martyrs, il s'agit de mettre en œuvre les procédures qui existent», tranche le successeur de Xavier Darcos sur France Inter.

    Le ministre s'exprime à la veille de l'audition devant le conseil de discipline de l'Inspection académique de Toulouse d'Alain Refalo, ce professeur des écoles de Colomiers (Haute-Garonne) initiateur du mouvement des «professeurs désobéisseurs». Il est menacé de graves sanctions disciplinaires pour refus d'obéissance et incitation à la désobéissance collective.

     

    «La désobéissance peu compatible avec le métier d'enseignant»

     

    Plusieurs autres maîtres, notamment Erwan Redon à Marseille et François De Lillo, responsable du syndicat Sud-Education dans l'Ariège, doivent également passer devant des commissions disciplinaires pour avoir refusé d'appliquer des réformes du primaire, notamment l'aide personnalisée de deux heures hebdomadaires, qui selon eux alourdit pour les élèves en difficulté des journées déjà parmi les plus longues d'Europe.

    la suite ici: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/07/08/01016-20090708ARTFIG00384-luc-chatel-inflexible-avec-les-enseignants-desobeisseurs-.php 


    Tags Tags : , , , ,