• Molinié «Il faut amplifier le mouvement mais sans blocage»

    Quatre présidents d'Université appellent au maintien de la mobilisation contre la réforme du statut des enseignants-chercheurs, Georges Molinié, président de Paris-IV La Sorbonne, a répondu à vos questions.

    Michael. Monsieur le Président, quelle suite pour les Enseignants-chercheurs mais aussi au sujet des Enseignants-vacataires?

    Georges Molinié. Par rapport à l'ensemble du mouvement d'aujourd'hui, il y a deux sujets qui ont provoqué des réactions: un sur le statut des enseignants chercheurs, et un autre sur les filières de formations des professeurs des écoles, des collèges et des lycées. Sur le premier sujet, il y a eu un mouvement très large de réactions, qui allaient des syndicats de gauche aux syndicats de droite. D'une certaine manière, il y a eu satisfaction des revendications, avec la réécriture des décrets concernant le statut. Mais, le nouveau texte, on ne l'a pas lu. Donc, j'appelle à la méfiance et à la vigilance.

    Il y a trois autres points. Le premier concerne la condition des personnels administratifs et, sur ce point, il y a eu très peu d'avancées gouvernementales. Le deuxième point, ce sont les étudiants. Les étudiants sont venus tard dans le mouvement. Maintenant qu'ils y sont, ils sont souvent radicaux. Les étudiants n'ont presque rien obtenu. Et puis, il y a le troisième point, qui est, pour moi, fondamental: c'est la formation des professeurs des écoles, des collèges et des lycées. Et, sur ce point, il y eu des avancées ou des reculades (ça dépend du point de vue) considérables, importantes, mais qui ne sont pas suffisantes.

    La suite ici: http://www.liberation.fr/societe/1201125-enseignants-chercheurs-quelles-suites-pour-la-contestation 


    Tags Tags : , , , ,