• «Notre cité U, on va la sauver !» - Libération

    L'annonce de la démolition de la résidence universitaire d'Antony est contestée par les étudiants qui y habitent, soutenus par l'Unef et «Jeudi noir». Hier, ils manifestaient devant la mairie.

    Il est 19 heures ce jeudi à Antony, en région parisienne, lorsqu'un brouhaha commence à monter devant l'Hotel de ville. «Notre Cité U, on l'aime et on va la sauver !», «A ceux qui veulent détruire Jean Zay, les étudiants répondent : résistance !» scande une centaine d'étudiants rassemblés à l'heure du conseil municipal.

    Motif de leur courroux: le projet de destruction expéditif d'un bâtiment de leur résidence universitaire, la cité U «Jean Zay». En décidant de supprimer 548 chambres sur les 2500 existantes, la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (CAHB) et le conseil général présidé par Patrick Devedjian se sont attirés les foudres des étudiants et des syndicats.

    Au départ, l'ambiance est plutôt festive. Autour du syndicat étudiant Unef se sont réunis certains conseillers municipaux de l'opposition, dont les verts et le PCF. Magalie Buzelin, conseillère Vert, estime qu'il règne une «grande hypocrisie» autour du dossier. «On nous dit qu'il faut tout détruire pour cause de vetusté, mais ce sont eux qui ont laissé la résidence pourrir pour mieux la détruire. Tous les architectes estiment qu'une simple rénovation serait suffisante».

    Le collectif «Jeudi noir», connu pour soutenir les «galériens du logement», est également venu participer au mouvement, à sa façon. Au programme, chansons et lancer de confettis, sur son hymne traditionnel — le générique de la série «Dallas».

    La suite ici: http://www.liberation.fr/societe/0101577712-mission-sauvetage-autour-de-la-cite-u-d-anthony 

    Tags Tags : , , , ,