• Paris IV reprend les cours, Paris I et Paris III débloquent - 20 Minutes

    UNIVERSITES - Parmi les derniers bastions du mouvement universitaire, les trois universités parisiennes calment le jeu pour la tenue des examens...

    Lundi prochain, ils reprendront enfin le chemin des cours. Les portes ne seront plus fermées, les tables attendront bien alignées, les chaises ne hanteront plus les couloirs. A Paris IV, bastion du mouvement universitaire, l’assemblée générale mixte étudiants/enseignants a voté ce mardi la reprise des cours pour que les examens prévus dans la semaine du 22 au 26 juin s’appuient sur un minimum de connaissances. Les jurys se réuniront début juillet.

    Dans la matinée, l'AG de Paris-I Tolbiac votait le déblocage dans des termes similaires et Paris III, également à la pointe de la mobilisation, annonçait le déblocage de son campus, temporaire celui-là, jusqu’à l’assemblée générale du 3 juin. Les partiels auront lieu la semaine prochaine et ne devraient pas être perturbés.

    1 heure d’examen au lieu de 4

    Les trois conseils (Conseil d’administration, Conseil scientifique et Conseil des Etudes et de la Vie universitaire) de la Sorbonne se réunissaient ce mardi. Les modalités générales des examens sont maintenant claires pour tous: les partiels du second semestre porteront uniquement sur les cours «effectués dans des conditions normales d’enseignement». Pour rétablir un climat de normalité entre les murs de la fac, et assurer le bon déroulement des cours, les trois conseils n’excluent pas de recourir «à la force publique si nécessaire». Une mauvaise nouvelle pour Julien, étudiant en troisième année d'Histoire: «Avec le déblocage, les enseignants vont remettre tous les cours la semaine prochaine et mettre un énorme coup d’accélérateur. Ça va être le sprint jusqu’aux partiels.»

    Les étudiants en sauront un peu plus filière par filière dans la semaine du 25 mai, mais le bruit court déjà que les examens n’auront d’épreuve que le nom. Selon une source étudiante, les partiels du 22 au 27 mai se dérouleront comme une semaine de cours banale, aux mêmes horaires. Les étudiants ne s’attarderont pas dans les salles, et n’auront qu’une heure ou deux pour noircir les copies contre les quatre normalement prévues. Quant aux épreuves orales, elles pourraient tout simplement ne pas avoir lieu, faute de temps. Chaque année, la Sorbonne se donnait trois semaines pour organiser ses examens. Sa promotion 2009 n’aura que cinq jours pour faire ses preuves.

    «Soulagé»

    Quelques stations de métro plus bas, le débat n’était pas moins animé. Les étudiants, personnels et enseignants de l'université Paris III ont voté la levée du blocage. Le mouvement pourrait néanmoins reprendre dès la prochaine assemblée générale, le 3 juin. «La levée du blocage ne marque pas la fin du mouvement, c'est pourquoi on renvoie à une AG le 3 juin, mais c'est une manière de sortir du piège des examens», a expliqué à l’AFP Valérie Robert, maître de conférence à Paris III et membre de sauvons l’université. Lui aussi maître de conférence en grève, Hugues Marchal se dit «soulagé» par l’annonce du déblocage. Selon lui, «ce vote montre au gouvernement que l’Université n’est pas un repère de gens sans raison mais un mouvement uni et compréhensif des craintes étudiantes».

    Tags Tags : , , , ,