• Tableaux noirs de la première rentrée scolaire post-Darcos - Libération

    «L’école continue de s’appauvrir et la profession est déstabilisée» : à huit jours de la rentrée, Gilles Moindrot, le patron du Snuipp, premier syndicat des enseignants du primaire, a dressé hier un état des lieux assez déprimant. Outre la grippe A, le nouveau ministre Luc Chatel va devoir s’atteler à tous les maux affectant le système scolaire, à commencer par le primaire où le malaise est de loin le plus profond : profs déprimés ou en révolte (les «désobéisseurs», lire ci-contre), réformes mal acceptées, baisse de moyens.

     
    «Face-à-face». «Avec 14 000 élèves supplémentaires et 500 créations de postes, le ministre va dire que l’encadrement reste identique, a averti Gilles Moindrot.Mais simultanément, on a supprimé 500 postes de "mis à disposition" : concrètement, il s’agit d’enseignants qui faisaient de la documentation, organisaient des séjours de classes de découverte, renforçaient l’enseignement des langues, etc. Or ces activités enrichissent la classe qui ne se résume pas à un face-à-face élèves et profs.»

     
    Les suppressions de poste - 13 500 cette année, 16 000 l’an prochain- restent au cœur du mécontentement. Dans le primaire, elles inquiètent d’autant qu’avec la hausse de la natalité, on attend toujours plus d’élèves. Elles se sont déjà traduites par la baisse continue de la scolarisation des moins de 3 ans. Le Snuipp a décidé de lancer une campagne pour protester contre la chute des places en maternelle : «Si on avait gardé le taux de scolarisation des 2 ans de l’année 2002, il manquerait aujourd’hui 50 000 places», souligne Gilles Moindrot. Les principaux syndicats enseignants vont par ailleurs se rencontrer vendredi pour arrêter des actions dès septembre.



    La suite ici: http://www.liberation.fr/education/0101587026-tableaux-noirs-de-la-premiere-rentree-scolaire-post-darcos 

    Tags Tags : , , ,