• « Une équation très compliquée » - Entretien avec Emmanuel Hahang, le nouveau directeur de l'enseignement catholique

    L'enseignement catholique de l'Aveyron et du Lot a accueilli il y a tout juste un mois un nouveau directeur en la personne d'Emmanuel Hahang. Cet homme, né il y a 48 ans au Vietnam, marié avec deux enfants étudiants, est issu d'une famille enseignante originaire de La Réunion et arrive du monde de l'entreprise. Il était auparavant directeur commercial en Lorraine après avoir été en poste un peu partout en France et en Asie.

    « Le management, c'est l'animation d'hommes et de femmes. Ici, c'est un service que je décline différemment. Les dossiers changent mais mon esprit d'attention reste le même ». Emmanuel Hahang a voulu ce rapprochement en raison d'attaches familiales dans notre région. « Je souhaite mener de front ma vie familiale et mon engagement au sein de l'enseignement catholique ».

    « Une grande richesse humaine »
    Ses premières sensations aveyronnaises sont « une grande richesse humaine et une belle générosité de tous les intervenants. Ce qui est important, c'est d'inscrire le projet d'éducation dans le temps. L'éducation, c'est l'épanouissement, la réalisation de l'être. C'est une vision et une construction à très long terme. Et les enfants sont nos partenaires d'où l'importance d'un projet pédagogique ».

    Emmanuel Hahang se félicite des 72 écoles primaires catholiques qui maillent notre territoire. « C'est notre force économique. il faut que ce tissu reste vivant et donc enrayer l'exode rural démographique ». Lors de cette rentrée 2009, on dénombre 6 048 élèves dans le primaire privé, soit 1 % de moins que pour l'année scolaire précédente. La moyenne par classe s'échelonnant de 22 à 26 élèves. Dans les collèges, on note un effectif de 4 496 élèves et dans les lycées de 3 000 élèves, ce qui représenterait une hausse de 0,5 % selon la base Solfège, ensemble de données de l'enseignement catholique.

    Du côté des enseignants, le directeur de l'enseignement catholique déplore un délai de carence de 5 jours. Dès qu'un professeur manque à l'appel, il saisit le pôle interne de mutualisation des moyens afin de trouver une solution rapide mais il avoue que parfois « c'est un vrai casse-tête. L'aspect DRH (direction des ressources humaines) est l'une des clés du succès de demain ».


    la suite ici: http://www.ladepeche.fr/article/2009/10/06/687510-Une-equation-tres-compliquee.html 

    Tags Tags : , , , ,