• Universités: le bras de fer sur les examens se durcit - AFP

    L'épreuve de force sur les examens universitaires s'est durcie jeudi, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse affirmant qu'ils se tiendraient "dans de bonnes conditions" en réponse à la coordination nationale des universités qui appelle à ne pas les organiser.

    "Les rattrapages auront lieu et les examens se tiendront dans de bonnes conditions", a affirmé sur France 2 Mme Pécresse.

    Elle répondait à l'appel lancé mercredi soir par la Coordination nationale des universités (CNU) réunie à Paris-IV "à ne pas organiser la tenue des examens jusqu'à la satisfaction de ses revendications".

    La CNU, à l'origine du lancement du mouvement de grève dans les universités le 2 février, continue la mobilisation pour obtenir le retrait des réformes contestées.

    Elle s'oppose notamment au décret réformant le statut des enseignants-chercheurs et à la réforme de la formation des enseignants des premier et second degrés.

    Jugeant cet appel "irresponsable" et contraire" aux valeurs de l'université, Mme Pécresse en a appelé "à la responsabilité éminente des présidents d'université" et "des doyens", qui organisent les examens.

    Interrogée par l'AFP, la porte-parole de la Conférence des présidents d'universités (CPU) Simone Bonnafous, a condamné cet appel, estimant qu'"on ne peut pas sacrifier l'année des étudiants", tout en jugeant "hyper minoritaires" les enseignants qui pourraient mettre à exécution une telle menace.

    Source: http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hvyc7pBLWDJqayCjJU5Oyk1K3Lkg


    Tags Tags : , , , ,